42 : l’État sait mieux que Niel

logo42-site

Xavier Niel va contribuer à hauteur de 20 millions d’€ à la fondation d’une école de développement informatique basée à Paris. Au cas où vous auriez loupé cette information, l’école, qui se nomme 42, offrira une formation gratuite aux 18-30 ans, plus particulièrement à ceux sortis du système scolaire. Pour y entrer, pas besoin de bonnes notes, ni d’un diplôme reconnu. Elle ne proposera pas de cours magistraux et sera basée sur la «pédagogie par projet». Voilà une chance pour les jeunes !

Mais il y a un hic. L’école ne proposera pas de diplôme reconnu par l’État. À vrai dire, ce n’est pas vraiment un problème. Si la formation qu’elle offre sera reconnue par le milieu professionnel, les employeurs embaucheront ces élèves et ne prêteront pas attention à la valeur légale de leur diplôme.

Le point intéressant est que 42 offrira probablement une excellente formation, mais que l’État sera incapable de la reconnaître, parce qu’elle ne correspond pas à la logique de ses formulaires, de ses procédures. L’État, en apposant sa marque avec ses diplômes reconnus, avalise certaines pédagogies et pas d’autres. Autrement dit, l’État prétend mieux savoir que Xavier Niel ce dont les entreprises ont besoin comme développeurs, quelles compétences et profils ils doivent avoir et surtout comment leur apprendre un métier.

Le deuxième point intéressant est que 42 a pour ambition de récupérer des élèves en situation d’échec scolaire. Comme l’État impose une pédagogie scolaire (jusqu’au lycée et au-delà), inadaptée à certains jeunes, ceux-ci se retrouvent en-dehors du système, alors qu’ils ne sont ni des idiots, ni des paresseux. Un vrai gâchis.

Les libéraux proposent généralement le voucher enseignement (qui a bien d’autres noms) : les parents reçoivent un chèque destiné à financer l’instruction de leurs enfants et ils choisissent librement une école (selon leurs critères, par exemple l’offre de formation, la pédagogie, la proximité géographique, etc.). La Suède l’a fait en 1992, en supprimant sa carte scolaire.

Leave a Reply