478, 39, 165 : ACTA n’est pas passé

ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement), ACAC en français (Accord commercial anti-contrefaçon) est un vieux dossier ayant eu une couverture médiatique variable, probablement pas à la hauteur des enjeux. En Alsace, comme ailleurs en Europe et dans le monde, de nombreuses personnes ont manifesté pour exprimer leurs inquiétudes et leur opposition à ce cheval de Troie.

Strasbourg était un endroit stratégique du fait de la présence du Parlement européen. Car, si l’Union européenne avait déjà signé l’accord, il devait être validé par les eurodéputés.

Sur le Taurillon, Marc-Antoine Coursaget affichait dès mars 2012 ses doutes quant à l’adoption d’ACTA par le Parlement.

Le Parlement européen dit NON à ACTA

Aujourd’hui, le 4 juillet 2012 à Strasbourg, les eurodéputés ont voté : 478 voix contre, 39 voix pour et 165 abstentions. C’est donc un rejet massif de cet accord liberticide et négocié dans l’ombre. ACTA n’a donc plus aucun avenir en Union européenne, ce n’est pas pour autant qu’il faut cesser d’être vigilant. Bravo à toutes celles et ceux qui se sont mobilisés.

Lors des discussions sur l’approbation ou non de l’ACTA, le Parlement a été confronté à un lobbying direct sans précédent de milliers de citoyens européens qui l’ont appelé à rejeter l’accord, par le biais de manifestations dans les rues, d’e-mails aux députés, et d’appels téléphoniques à leurs bureaux. Le Parlement a également reçu une pétition, signée par 2,8 millions de citoyens du monde entier, appelant instamment à rejeter l’accord.

Communiqué de presse du Parlement européen (Strasbourg), 04 juillet 2012

Leave a Reply