Présidentielles 2012 : un candidat est mort…

… Depuis 162 ans ! Il s’agit Frédéric Bastiat, libéral Français, né en 1801, mort en 1850, député et économiste.

Puisqu’aucun candidat ne se fait le défenseur de la liberté (individuelle comme économique) et qu’au contraire tous s’engouffrent vers plus d’interdictions, de règlements, de protections, de régulations et autres interventions liberticides, souvent par démagogie et facilité. Parce que tous les présidentiables ont même tendance à s’affirmer anti-libéral (en référence aux néo et ultra-libéralismes dont personne ne se revendique). Parce qu’aucun ne parle positivement de la philosophie libérale, car il ne s’agit pas seulement d’économie, de rentabilité, de compétitivité. Pour toutes ces raisons, les libéraux qui ne se sont pas ralliés à Bayrou ont décidé de faire revivre Frédéric Bastiat à travers une campagne qui, on l’espère, permettra de réhabiliter le libéralisme en France.

Ce libéralisme trop souvent confondu avec le capitalisme d’État (ou de copinage, de connivence) si justement critiqué. Philosophie politique trop souvent pointée du doigt comme « anglo-saxonne » alors que ni les États-Unis ni le Royaume-Uni ne sont des pays libéraux au sens classique. Les Français ont souvent le réflexe anti-américain et sont fiers du fameux « modèle français », que toute la planète nous envie (ironie). Alors quitte à être chauvin ou patriote, autant se ré-approprier le prodigieux héritage libéral français, dont Frédéric Bastiat.

Le programme

Bastiat2012, le site de campagne, a rédigé le programme du candidat décédé, tiré de ses œuvres complètes. À part sur quelques sujets, comme l’Union Européenne (qui n’existait pas en son temps), celles-ci sont d’une fulgurante actualité. Par exemple la fameuse Pétition des fabricants de chandelles, à l’heure du « protectionnisme intelligent » que les autres candidats nous servent.

Même si ce n’est pas un vrai candidat, j’ai repris mon petit tableau comparatif pour l’appliquer à son programme.

Favicon
Candidat F. Bastiat
Jacobin Non
Enseignement régional Mieux
Financement régional ?
Pouvoirs régionaux Subsidiarité
Europe fédérale Confédérale
Politique Agricole Commune Supprimée
Europe de la défense ?
ACTA Contre
Hadopi Contre
Relance publique Non-croyant
Intervention de l’État Faible
Imposition et taxation des entreprises Réduction
Subventions, crédits d’impôts, etc. Rien
Droit du travail Simplification
SMIC Suppression
Euro Contre
Indépendance de la BCE N/A
Principe pollueur-payeur ?
Brevatibilité du vivant ?
Moins de textes Oui
Drogues Dépénalisation
Niches fiscales Suppression
Impôt à taux unique Oui
TVA
Votations Proche
Proportionnelle ?
Vote blanc ?
Transparence revenu des fonctionnaires ?

Le programme de Bastiat2012 synthétisé en une seule image :

Frédéric Bastiat : liberté et bon sens

Le programme du candidat décédé est économiquement solide. Si on appliquait ces quelques idées simples, l’économie française irait sans doute bien mieux ; ainsi que l’emploi. Hélas cela implique une énorme perte de pouvoir des politiciens… qui scierait la branche sur laquelle il vient de s’asseoir ?

Enfin un programme qui va à contre-courant et qui s’engouffre vers la liberté et le respect de l’individu. Oui, on peut faire confiance aux individus, à la Société civile.

Sur l’Europe malheureusement c’est flou. L’intérêt de Bastiat2012 est en quelque sorte récent concernant le fédéralisme, ou confédéralisme. Car la différence est bien mince. Pourquoi ne pas lui confier l’armée, à cette Europe ? Ce serait pourtant respecter le principe de subsidiarité. Il manque donc un peu de clarté, mais il reste celui qui a le plus d’ambition aujourd’hui parmi les 10 autres candidats officiels (Hélène Feo n’en faisant hélas pas partie). Concernant l’euro, ils sont naturellement contre puisque ces libéraux sont pour la suppression des banques centrales et le retour à l’étalon-or. L’idée c’est d’éviter que les États utilisent la monnaie comme outil magique. C’est effectivement le problème, mais l’étalon-or ne résout pas mieux la chose qu’un bon Traité de Maastricht respecté. Car, si ce traité avait été respecté, l’euro aurait à peu près toutes les qualités de l’or et ainsi pourrait-on parler d’étalon-euro. Personnellement je pense qu’il vaut mieux se battre pour un euro indépendant et stable, plutôt que pour le retour à l’étalon-or.

Ce programme, même s’il n’a pas exploité tout son potentiel pro-européen, est de loin le meilleur de la présente campagne présidentielle. Incroyable quand on se dit que c’est inspiré d’un homme mort voilà plus d’un siècle.

Au niveau social on remarquera la présence du « chèque éducation », connu également sous le nom de « voucher enseignement ». Où est le chèque santé ? Et pourquoi ne pas avoir intégré l’impôt négatif comme filet social également ?

Quoiqu’il en soit, c’est une formidable réponse à toutes celles et ceux qui se révoltent contre le système actuel souvent qualifié de « libéral ». Mais si nous vivions effectivement dans un monde libéral, comment se fait-il qu’un programme qui se revendique comme tel soit si différent de la réalité, si revendicatif ? Tous ceux qui se plaignent du système ou de la bureaucratie omniprésente sont des libéraux potentiels, des libéraux qui s’ignorent.

Qui y perd, qui y gagne ?

Si en 2012 Frédéric Bastiat était élu Président de la République Française et que son programme libéral classique complet était appliqué en intégralité, qui y gagnerait, qui y perdrait ?

La plupart des fonctionnaires des administrations, les bureaucrates, ceux qui ne vivent que des règlements et de la paperasse, pourraient craindre pour leur emploi. Les avocats verraient leur pré-carré ébranlé puisqu’ils pourraient moins profiter de la complexité du droit. Les grandes entreprises, qui bénéficient souvent des largesses de l’État ou de protections de sa part perdraient donc protections et avantages compétitifs sur les PME. La téléphone mobile, le bâtiment, l’armement, les banques, ainsi que les industries et secteurs d’activités subventionnés seraient fortement touchés. Les lobbyistes verraient leur profession presque disparaître puisque les prérogatives de l’État seraient nettement réduites. En fait, les perdants seraient ceux qui vivent de l’État, de ses traitements, de ses subventions, de ses commandes ainsi que des barrières qu’il impose aux marchés. La mafia serait également un très gros perdant puisque plusieurs marchés noirs lui échapperaient.

Pour les professeurs, enseignants ainsi que pour les professionnels de la santé, le constat serait nuancé selon les opportunités et talents individuels.

La classe moyenne serait la très grande gagnante dans son ensemble puisqu’elle verrait son imposition considérablement baisser (celle des pauvres et des très riches étant déjà basse). Les TPE, artisans et PME gagneraient énormément à cette libéralisation de l’économie et cette simplification du droit, notamment du droit du travail. Les entrepreneurs réduiraient leurs coûts de fonctionnement, seraient plus flexibles, plus dynamiques puisque Bastiat couperait les multiples boulets qu’on leur a imposé ces dernières décennies. Les magistrats verraient leur charge de travail baisser, puisqu’ils ne verraient plus, par exemple, les petits dealers, car les drogues seraient dépénalisées. Un marché noir qui deviendrait licite, autant de gagnants (et de rentrées fiscales). Avec la suppression du SMIC et la suppression du droit du travail, les chômeurs auraient plus de facilité à trouver un emploi et à progresser. Enfin, avec le début de la fin de la dette, c’est l’ensemble de la Société qui serait soulagé d’un immense fardeau.

Campagne créative

La petite équipe de Bastiat2012 est particulièrement productive et talentueuse. Ils mériteraient d’avoir une plus grande couverture médiatique vu leur capacité à synthétiser les programmes des présidentiables ainsi qu’à expliquer très simplement les enjeux et leurs solutions ambitieuses. Voici quelques une de leurs affiches et la vidéo de campagne :