Zoom sur Auguste Detœuf.

Auguste Detœuf, ce grand industriel français, que l’on peut aussi qualifier de grand industriel alsacien puisqu’il fut directeur du Port Autonome de Strasbourg, puis DG de Thomson-Houston et premier président de ce grand groupe qu’est Alstom.

Ces derniers mois j’ai publié quelques courts extraits des Propos de O.L. Barenton, confiseur (1938). En voici à nouveau quelques uns :

On appelle cahier des charges un volume destiné à définir une commande, qui est établi par l’acheteur et dans lequel tout est prévu, sauf la bonne foi du vendeur.

Propos publiés en 1938… J’aurai tendance à penser que, depuis, rien n’a fondamentalement changé.

L’homme qui fuit les responsabilités fera peut-être une fortune; il ne fera jamais une œuvre.

Évitez de promettre des résultats. S’il faut en promettre, restez en deçà de ce que vous jugez assuré. On ne vous en voudra pas d’apporter plus que vous n’avez promis; on ne vous pardonnera jamais de n’avoir pas donné ce que vous annonciez.

Propos de O.L. Barenton, confiseur, un livre que mon grand-père a transmis à ma mère qui me l’a elle-même transmis. Une lecture agréable, utile, avec certains passages absolument fabuleux. C’est clairement une source d’inspiration notamment pour travailler à être un entrepreneur (et un individu) honnête et intègre.

Detœuf développe une certaine éthique des affaires (industrielles, mais extensible aux services bien sûr), une éthique pragmatique (réaliste) qu’on a intérêt à appliquer, à développer. L’une des entreprises que j’admire le plus, au sujet de l’éthique, c’est par exemple l’hébergeur Gandi qui affiche clairement sa philosophie, qui semble être mise en pratique (en tout cas mes dernières expériences avec eux vont dans ce sens).

Au-delà des considérations éthiques, il aborde aussi des sujets socio-économiques et fournit des conseils d’ordre pratique et des analyses pertinentes pour tout entrepreneur. Le tout rédigé avec humour. Une lecture intéressante, distrayante et qui invite à la réflexion.

Enfin, dans ce début de période électorale pour les présidentielles françaises de 2012, il y a quelques passages que certains candidats feraient bien de méditer, surtout les plus populistes.